Biographie

Raffaella Giordano‚ née à Turin en 1961‚ commence ses études de danse en 1978 avec C. Perotti et avec A. Sagna à l’école Bella Hutter de Turin.
En 1980‚ elle entre dans la Compagnie Teatro e Danza La Fenice de Venise dirigée par Carolyn Carlson et prend part aux spectacles Undici Onde‚ Underwood et Chalkwork.
En 1981‚ elle intègre le Wuppertal Tanztheater de Pina Bausch et danse dans Kontakthof‚ Blaubart et Le Sacre du Printemps.
En 1984‚ elle travaille à Paris avec la Compagnie de L’Esquisse de Joëlle Bouvier et Régis Obadia‚ participant à la création de Vertée pour le Festival de Carpentras.

Au cours de la même année‚ elle participe avec Michele Abbondanza‚ Francesca Bertolli‚ Roberto Castello‚ Roberto Cocconi e Giorgio Rossi à la fondation de la Compagnie Sosta Palmizi‚ une des formations essentielles de l’histoire de chorégraphie contemporaine italienne avec laquelle‚ comme danseuse et chorégraphe‚ elle crée les spectacles Il Cortile (1985)‚ Tufo (1986) et Perduti una notte (1989)‚ participant à toutes les reprises (plus de 350 dans 18 pays).
En 1987‚ elle signe la première chorégraphie individuelle‚ Ssst… pour sept danseurs‚ en coproduction avec Bois de la Bâtie de Genève‚ à laquelle suivent en 1989 Inuit pour le Folkwang Tanzstudio de Essen et en 1995‚ toujours pour la compagnie et à l’invitation de Pina Bausch‚ Il Volto di Aria.
En 1988 elle crée la chorégraphie pour l’opéra Rosamunde (régie de L. Codignola) au théâtre La Fenice de Venise‚ et en 1991‚ pour le spectacle en prose La Medea di Porta Medina (régie de A. Pugliese).
En 1990‚ elle participe comme danseuse au spectacle Il Muro‚ mise en scène par Pippo del Bono.
Cette même année‚ la Compagnie Sosta Palmizi‚ dont fait partie Raffaella Giordano‚ se dissout pour se reconstituer en 1995 en Association Culturelle Sosta Palmizi‚ dirigée par Giorgio Rossi et Raffaella Giordano.
En 1991‚ R. Giordano propose dans le cadre du Festival Teatro 2 de Parme l’étude Vedere voci de et avec Antonio Carallo‚ Tobia Ercolino‚ Bruno de’ Franceschi.
En mars 1992‚ elle est en scène à Reggio Emilia avec la chorégraphie pour 6 danseurs I Forestieri‚ en coproduction avec Centro della Danza di Reggio Emilia‚ l’association I Teatri et le Théâtre Municipal de Cagli (PS) ; la même année‚ elle réalise les chorégraphies et interprète le solo L’azzurro necessario‚ présenté en juillet‚ en première au Festival de Polverigi.
En janvier 1993‚ elle est invitée par le Centre National de Danse Contemporaine d’Angers − L’Esquisse pour réaliser la chorégraphie Du Doute et de la Certitude‚ avec les élèves de deuxième année de perfectionnement.
En juin 1994‚ elle présente en première à Torino Danza le spectacle Danze Rosa Blu‚ spetcacle pour 6 danseurs en collaboration avec Giorgio Rossi.
En été 1995‚ Sosta Palmizi est donc regroupée en Association Culturelle‚ et Raffaella Giordano participe avec Giorgio Rossi au sein de l’association au Marathon International de Danse‚ présent à l’intérieur du XXXVIII Festival des Deux Mondes de Spoleto‚ avec des fragmentes de Il cortile; en août‚ elle prend part aux tournages de quelques scènes du film de Bernardo Bertolucci‚ Stealing Beauty‚ qui utilise du matériel tiré de Il cortile; toutjours la même année‚ elle crée et interprète le solo Fiordalisi‚ en collaboration avec le Festival Segni Barocchi de Foligno.
En 1996‚ elle est invitée en résidence de création au C.N.D.C. l’ Esquisse d’Angers‚ avec la pièce pour 6 danseurs …et anima mea.
En 1997‚ elle crée un bref solo du titre Maze‚ hommage à Isadora Duncan‚ dans le cadre des journées de rencontre sur L’héritage vivant de Isadora Duncan‚ organisées par l’Université de Bologne ⁄ Dép. de Musique et Spectacle.
Entre 1997 et 1999 elle collabore avec plusieurs musiciens de musique contemporaine et jazz comme L. Brusci‚‚ L. Mingiardi‚ R. Bonati et P. Damiani.
En 1998‚ elle crée les chorégraphies pour le quartet La Notte Trasfigurata [La Nuit Transfigurée] et le solo Il Canto della Colomba [Le Chant de la Colombe]‚ sur musique de A. Schönberg (“Die verklaerte Nacht”‚ op. n° 4 et “Das Lied der Waldtaube ⁄ Gurrelieder”)‚ en collaboration avec le Teatro Kismet Opera de Bari.
En 1999‚ elle présente en première au Festival Sipario Ducale de Cagli la création pour 4 interprètes Quore. Per un lavoro in divenire [Qoeur. Pour un travail en devenir]‚ projet soutenu par le C.N.D.C. l’Esquisse d’Angers et Progetto Regionale Toscanadanza; le spectacle fera l’objet en 2000 du Prix Spécial UBU.
En 2001‚ elle crée le petit solo⁄performance Per una Stanza [Pour une Chambre] pour le Museo Pecci de Prato‚ présenté en mai‚ dans le cadre du festival international Contemporanea 01.
En mars 2002‚ elle présente en avant−première au Teatro Solvay de Castiglioncello le spectacle pour huit danseurs Senza Titolo [Sans Titre]‚ présenté le 21 juin‚ en première nationale au Teatro Ariosto à Reggio Emilia.
En 2003‚ elle collabore avec l’écrivain Alessandro Baricco dans l’écriture du mouvement pour le City Reading Project – Neuf Nuits‚ Cent Pages pour le festival RomaEuropa‚ Teatro Valle de Rome.
En 2005‚ elle retourne sur la scène internationale avec le solo Tu non mi perderai mai [Tu ne me perdrai jamais]‚ sur musique de L. Brusci‚ librement inspiré par les vapeurs du Cantique des cantiques; le spectacle est présenté en août‚ en avant−première au International Dance Encounters Nairobi et le 13 septembre‚ en première absolue au Festival Internazionale di Performing Arts UOVO de Milan.
En mars 2007‚ elle présente en première au Théâtre Garonne‚ Toulouse‚ la nouvelle création pour sept interprètes Cuocere il mondo [Cuire le monde]‚ qui enfonce ses racines dans la rencontre avec le tableau de la cène de Leonardo de Vinci‚ en coproduction avec Théâtre Garonne‚ Toulouse − Théâtre Les Bernardines‚ Marseille − Teatro comunale di Modena Fondazione − Festival delle Colline Torinesi.

En 1990‚ Raffaella Giordano reçoit le PRIX DE LA CRITIQUE “DANZA&DANZA 1990” en qualité de meilleure interprète de la nouvelle danse italienne.
En juin 1999‚ on lui attribue pour la deuxième fois le PRIX DE LA CRITIQUE “DANZA&DANZA 1998 ⁄ 1999” en qualité de meilleure chorégraphe⁄interprète de la nouvelle danse italienne avec le spectacle La Nuit Transfigurée ⁄ Le Chant de la Colombe sur musique de A. Schönberg.
En juillet 1999‚ PRIX GARDADANZA 1998 ⁄ 99 pour le spectacle La Nuit Transfigurée ⁄ Le Chant de la Colombe.
En novembre 2000 elle reçoit le Prix Spécial UBU avec la motivation suivante: «pour avoir jeté avec son Qoeur. Pour un travail en devenir un regard critique sur la réalité et plus en général pour le courage et l’intensité des choix chorégraphiques faits dans son théâtre−danse au de là de la danse même.»

en bref

PRODUCTIONS

1987 Ssst…‚ pour sept danseurs – 1989 Inuit‚ Folkwang Tanzstudio‚ Essen⁄Allemagne – 1992 I Forestieri‚ pour cinq danseurs – 1992 L’Azzurro Necessario‚ solo – 1993 Du Doute et de la Certitude‚ C.N.D.C.‚ Angers⁄France – 1995 Fiordalisi‚ solo – 1995 Il Volto di Aria‚ Folkwang Tanzstudio‚ Essen⁄Allemagne‚ pour neuf danseurs – 1996 … et anima mea‚ pour six danseurs – 1997 Maze‚ solo – 1998 A. Schoenberg ⁄ La Notte Trasfigurata [La Nuit Transfigurée]‚ pour quatre danseurs ; Il Canto della Colomba‚ [Le Chant de la Colombe]‚ solo – 1999 Quore. Per un lavoro in divenire [Qoeur. Pour un travail en devenir]‚ pour quatre danseurs – 2001 Per una Stanza [Pour une Chambre]‚ solo – 2002 Senza Titolo‚ [Sans Titre] pour huit danseurs – 2005 Tu non mi perderai mai [Tu ne me perderas jamais]‚ solo – 2007 Cuocere il mondo [Cuire le monde]‚ pour sept danseurs.

PARCOURS

1978–1980 études avec C. Perotti‚ Teatro Nuovo ⁄ A. Sagna‚ Ecole Bella Hutter‚ Turin – 1980−1984 C. Carlson‚ Teatro e Danza La Fenice‚ Venise‚ interprète Undici Onde‚ Underwood‚ Chalkwork – 1981 P. Bausch‚ Wuppertal Tanztheater‚ interprète Kontakthof‚ Blaubart‚ Le Sacre du Printemps – 1984 J. Bouvier et R. Obadia‚ l’Esquisse‚ interprète Vertée – 1985−1989 Sosta Palmizi‚ chorégraphies collectives‚ Il Cortile‚ Tufo‚ Perduti una notte – 1990 P. Del Bono‚ P. Robledo‚ interprète Il Muro – 1994 R. Giordano‚ G. Rossi‚ chorégraphies Danze Rosa Blu – 1995 B. Bertolucci‚ Io ballo da sola – 2003 A. Baricco‚ écriture du mouvement City reading project.

PRIX

1990 Prix de la critique “Danza&Danza”‚ meilleure interprète de la nouvelle danse italienne – 1999 Prix de la critique “Danza&Danza” et du Festival “Gardadanza”‚ meilleure chorégraphe⁄interprète italienne pour La Notte Trasfigurata ⁄ Il Canto della Colomba – 2000 Prix Special “UBU” − Quore. Per un lavoro in divenire− «pour avoir jeté un regard critique sur la réalité et plus généralement pour le courage et l’intensité des choix chorégraphiques dans son théâtre−danse au−delà de la danse.»